La Chapelle des Flandres
Biscantor !
     
Retour à l'accueil La Chapelle des Flandres Coeli et Terra Métamorphoses Maurice Bourbon La Chapelle des Flandres Coeli et Terra Métamorphoses

Sommaire :


Suivre la vie du site



Identification
Accueil > Discographie > Maurice Bourbon, Messes
Enregistrements : 2009

Maurice Bourbon, Messes

Messe Petits Z’oiseaux, Déploration de Josquin & Missa Ex Machina

« Très liée avec la musique de la Renaissance, celle de Maurice Bourbon est savamment écrite, mais nous touche par son expressivité immédiate. Dépourvue des artifices d’une musique d’avant-garde, elle offre à nos oreilles une polyphonie claire et apaisée, hors-temps. Si l’on rencontre parfois une écriture plus chromatique, étrange (avec l’apparition magique d‘un accordéon), c’est pour mieux retrouver un ton recueilli, spirituel, doux. »
Régis Campo, septembre 2009

Messe Petits Z’oiseaux (2006), Déploration de Josquin (2005), Missa Ex Machina (2006)

  • Composée pendant l’été 2006, la Messe Petits Z’oiseaux est construite sur les magnifiques thèmes de la chanson Petits Oiseaux, qui mangez du crottin. D’une forme très variée, elle alterne le grand lyrisme (Agnus Dei), une valse manouche (Patrem omnipotentem), le babillage des oiseaux des îles (Et in terra pax), la désolation (Qui tollis peccata mundi), la violence (Crucifixus), l’insolente fraîcheur du rossignol en haut de son arbre (Quoniam tu solus sanctus), la sérénité intérieure (Et incarnatus est) et même l’humour, avec les coucous du Sanctus [le début du Sanctus est là], et l’hommage à Fellini du Pleni sunt.
    Quelques extraits musicaux sont accessibles en fin d’article.
  • La Déploration de Josquin est une chanson-motet en trois parties, entièrement construite sur la teneur en latin de la Déploration d’Ockeghem de Josquin. Le texte de Molinet est également entièrement repris, "actualisé" cependant : les noms des compositeurs cités dans la chanson de Josquin sont changés pour laisser place à des compositeurs survivant à Josquin et le pleurant.
  • Tout d’abord est né le Sanctus-machine... Puis l’idée s’est naturellement imposée de compléter la messe. Maurice Bourbon a écrit la Missa Ex machina 1, comme souvent les messes le furent par les compositeurs franco-flamands des XV° et XVI° siècles, selon une règle qu’il s’est à lui-même imposée. Le canon choisi fut la "machine" musicale, utilisant et combinant des systèmes : des formules répétitives, pulsations plus ou moins complexes, en général rythmiques et/ou mélodiques ; des progressions mathématiques de l’harmonie...

Quelques extraits musicaux :

℗ L’Homme armé 2009 - HA01 - 57’50 - enregistré en mai 2009 à Bailleul (59). Prise de son, direction artistique, montage et mastering : Jean-Marc Laisné (Amati).

Date de publication : vendredi 25 décembre 2009


Association LA CHAPELLE DES FLANDRES - Pôle d'art vocal Nord-Pas de Calais
8 rue des Fossés - 59100 ROUBAIX